Les feux sous ventilés

Un environnement de lutte contre les incendies plus dangereux.

Dans le cas des feux de compartiments, la période de transition entre un incendie contrôlé par le carburant et une ventilation est habituellement définie comme un «flashover». Un incendie sous-ventilé peut être défini comme un incendie où le développement a été réduit par un manque d’alimentation en air et une accumulation de gaz hautement inflammables qui se sont formés dans un compartiment fermé. Les risques associés aux feux de bâtiment sous-ventilés augmentent, car les charges de feu incorporant une teneur qui ne cesse d’augmenter en hydrocarbures (en plastique) se combinent avec une construction moderne éco énergétique pour créer des environnements de travail exceptionnellement dangereux pour les pompiers. C’est un fait que les morts au feu parmi les pompiers au Royaume-Uni ont presque doublé depuis 2005 comme le ratio du nombre de feux de construction et la relation entre les feux sous ventilés et la ventilation tactique par les pompiers exige beaucoup plus d’attention, si l’on veut faire baisser le nombre de morts en service. Feu de carburant ,contrôlé – beaucoup d’air disponible Feu avec ventilation contrôlée-air limité disponible Feu sous-ventilé (non ventilé) – pratiquement aucun air disponible.

Pourquoi devriez-vous ventiler?

À chaque feu, la position par défaut devrait être de commencer par contrôler immédiatement les flux d’air /flow path, là où cela est pratique. Cela signifie que toutes les portes à accès libre doivent être partiellement fermées pour éviter que l’air ne s’écoule pour alimenter le feu, alors que nous préparons notre déploiement avec des tuyaux chargés. En 1987, la stratégie de Tactical Ventilation de Paul Grimwood a été proposée comme un compromis entre les approches de ventilation américaines et britanniques et a été définie comme suit: «La ventilation tactique est l’action de confinement ou d’évacuation des pompiers, utilisée pour prendre le contrôle dès le début du régime de combustion d’un incendie, dans le but d’obtenir un avantage tactique lors des opérations intérieures de lutte contre les incendies de structure» Une telle approche reconnaissait qu’il y avait des avantages évidents dans certains cas de “créations tactique d’ouvertures dans le bâtiment en feu, mais dans de nombreuses autres situations il existait un danger dans la création d’ouvertures sans objectifs, sans précisions et sans planifications, et la situation pour les occupants du bâtiment pouvait devenir pire. Cela était particulièrement évident lorsque les pompiers occupaient le bâtiment. Pour être capable de comprendre quand, où, pourquoi et comment ventiler les bâtiments en feu, cela exige la conscience et la connaissance de la dynamique du feu pratique. Elle exige également des renseignements sur les lieux où se trouve l’incendie et où les occupants et les pompiers peuvent être situés. ceci requiert également une compréhension des flux d’air /flow path(précédemment appelées «air track» au Royaume-Uni). Les accidents mortels des pompiers durant des évènements de flux d’air/flow path Un examen des rapports sur les accidents mortels des pompiers au Royaume-Uni et aux États-Unis au cours des 15 dernières années illustre plusieurs incidents où des pompiers ont perdu la vie en raison de leur emplacement entre l’incendie et l’évacuation qui a été créée ou, à l’occasion,l’évacuation se trouvait à un point plus élevée que l’emplacement des pompiers (tirant le feu à eux). Dans certains cas, il y a eu des inversions du flux d’air  puisque les différentiels de pression intérieure se sont équilibrés les uns les autres lorsque les ouvertures de ventilation étaient sous-dimensionnées. Dans d’autres situations, l’évacuation des bâtiments d’incendie par les pompiers a provoqué l’intensification de l’incendie jusqu’à ce que les conditions deviennent intenables pour les pompiers, entraînant des effets de chaleur sur le corps, provoquant une mauvaise décision des pompiers lorsqu’ils essaient de sortir du bâtiment,perdus et piégés par le procédé. Au Royaume-Uni, il y a eu trois incendies mortels où des actions tactiques d’évacuation se sont produites, plaçant les pompiers entre l’incendie et l’ouverture créée par la ventilation. Il y a eu d’autres incidents mortels où des actions tactiques d’évacuation ont provoqué une intensification du feu à un point où les pompiers furent désorientés et piégés.

Aux États-Unis, il y a eu plusieurs incidents où des pompiers se sont déployés du côté sous le vent du bâtiment en feu, ce qui a provoqué un incendie contrôlé par le vent et les a tués: Les fenêtres de l’autre côté du bâtiment n’ont pas résisté à la chaleur. Dans d’autres situations, les pompiers sont déployés de l’avant vers le niveau supérieur d’un bâtiment à deux étages, provoquant des flux d’air  /flow path ,défavorables pour diriger le feu à l’endroit exact de leur emplacement. Dans chacun de ces cas, les pompiers ont été piégé par des renversements de voie d’écoulement, ce qui a provoqué un changement total dans l’ incendie: celui ci prenant les hommes à revers vers leur point d’entrée et causant des conditions intenables concernant les actions de ventilation.

Quand cela est -il tactiquement bénéfique de ventiler un feu?

Dans certains services d’incendie des grandes villes bien équipées et dotés d’un effectif suffisant ou élevé, une procédure préalablement planifiée pour la ventilation verticale des bâtiments en feu, ‘en vertu de protocoles stricts) peut être bénéfique dans certains types de bâtiments. La stratégie visant à faire des coupes sur le toit avec des scies est une opération à haut risque qui peut augmenter le risque des accidents mortels pour les pompiers plutôt que de le prévenir et exige des pompiers d’être expérimentés et d’avoir une bonne connaissance de la construction du toit. La probabilité que les toits plus anciens aient été reconfigurés et réaménagés au cours des décennies signifie que les opérations de toiture deviennent encore plus dangereuses. La ventilation horizontale est une stratégie à la portée des équipes de pompiers les plus limitées, mais une fois de plus, il est essentiel de connaître la dynamique pratique des feux. Avant de créer des ouvertures horizontales, les considérations suivantes devraient être une priorité dans la prise en compte de la situation par les commandants / ou des pompiers:

  • Avoir un objectif ou un objectif clair à l’esprit
  • Agir en vertu d’une directive claire pour le faire
  • Savoir où se trouve l’incendie et où se trouvent les pompiers
  • Savoir où se dirige la direction du vent et comment cela peut avoir un impact sur les ouvertures
  • Un vent qui se trouve derrière nous, qui se dirige vers une porte d’entrée ouverte, ressemble à un flux d’air PPV. Faut-il fermer la porte?
  • Ventiler uniquement avec TOUS les équipages d’incendie en gardant à l’esprit leurs conseils,et une rétroaction possible
  • Envisager tout impact probable sur l’intensification du feu et comment cela peut affecter les pompiers et les occupants qui peuvent être à l’intérieur dans diverses pièces.
  • Evaluer l’application de l’eau sur le feu
  • Aligner les entrées et les sorties d’air, en s’assurant qu’en général, la sortie est plus grande ou égale à l’ ouverture d ‘entrée; Et que les sorties sont plus élevées que les entrées ou prises d’air.
  • Plus important encore, ne pas ventiler si les pompiers peuvent être situés entre le feu et le point de ventilation /l’éxutoire que vous êtes sur le point de faire
  • Considérez la densité de la charge de feu et l’accès à celle-ci à des fins d’extinction – une charge de feu très dense peut brûler plus violemment si plus d’air y parvient.
  • Communiquer à tous les secteurs ce qui va se passer en termes d’emplacement d’un exutoire.

À travers une série d’articles à la fin des années 1980, Paul Grimwood a présenté un cas pour une revue de la tactique de ventilation au Royaume-Uni et cela a abouti à un rapport parrainé par le gouvernement par Adrian Hay (1994) la ventilation par les pompiers. Dans ce rapport, l’auteur a introduit le terme de «Ventilation tactique» de Grimwood, mais il n’a pas réussi à définir le terme correctement et a omis de parler de tactiques d’isolement du feu et de contrôler l’alimentation en air dans le feu (Grimwood, 1987). Il a ensuite conclu qu’une approche américaine pour ventiler les bâtiments par les pompiers britanniques pourrait être bénéfique, mais cela pourrait faire l’objet de recherches supplémentaires.

Paul Grimwood a insisté sur la prudence dans l’interview d’Adrian Hay en 1994 avec lui et ceci a été rapporté dans le document comme suit:

M. Grimwood a commencé par souligner les différences fondamentales entre les approches américaines et britanniques de la lutte contre les incendies. Selon son expérience, les pompiers américains sont, dans la tactique qu’ils emploient et dans leur attitude mentale, à la fois pratiquement et psychologiquement plus engagés à la lutte contre les incendies agressifs que leurs homologues britanniques. Il a toutefois souligné que cette approche présente à la fois des avantages et des inconvénients. Il a résumé la différence fondamentale dans la stratégie en expliquant que les services d’incendie américains sont organisés en système d’équipes pour lutter contre les  premiers problèmes  lors des premières phases d’un incendie(pro actifs), alors que les pompiers britanniques réagissent aux problèmes quand il se produit(réactifs). En ce qui concerne la ventilation tactique, il a estimé que les pompiers américains ont tendance à s’entourer, en ce sens qu’ils ventilent parfois des structures inutilement, simplement parce que c’est une pratique courante (cette allégation a été fortement réfutée par les pompiers américains contactés au cours de cette recherche) . Cependant, il croit également que le service d’incendie britannique a tendance à sous-ventiler dans l’extrême opposé. Il ne se souvient pas des feux où la ventilation était utilisée comme une tactique précoce par les pompiers du Royaume-Uni, mais peut citer de nombreux exemples où l’absence de ventilation a entraîné des dommages inutiles et même la perte totale d’un bâtiment. Il suggère que le juste équilibre dans la tactique se trouve quelque part entre les deux extrêmes. M. Grimwood a souligné quatre exigences essentielles pour les opérations de ventilation réussies: la communication, la coordination, la précision et l’anticipation. Toute tentative de ventilation d’un bâtiment doit être coordonnée avec une attaque à l’intérieur et cela nécessite une bonne communication entre les différentes équipes et l’Officier responsable. Les ouvertures dans la structure du bâtiment doivent être faites précisément pour s’assurer qu’elles ne provoquent pas de propagation du feu. L’anticipation des effets de la ventilation est nécessaire pour que tous les résultats puissent être préparés et les risques couverts. Les niveaux d’équipage et les différences d’équipement entre les pompiers américains et britanniques ont été discutés. M. Grimwood a observé que les effectifs aux États-Unis étaient généralement plus élevés que ceux au Royaume-Uni et qu’il faudrait envisager d’augmenter le nombre de pompiers présents si ils  avaient recours à la ventilation au Royaume-Uni. Plus important encore, il a estimé qu’il faudrait également mettre à disposition plus de plates-formes hydrauliques et plus d’équipements de coupe. En terminant, M. Grimwood a attiré l’attention sur la tactique de l’attaque de brouillard/jet diffusé, qu’il croit fermement être la tactique de lutte contre l’incendie de l’avenir. Il s’est demandé si les pompiers britanniques devaient être formés à  la ventilation avant d’être mieux informés des avantages de l’attaque offensive :au jet diffusé:attaque dite brouillard.. Il a souligné que cette dernière tactique serait plus facile à introduire et qu’elle fonctionnerait efficacement dans des locaux ventilés. En résumé, M. Grimwood a apporté une contribution très utile aux aspects pratiques des opérations de ventilation et aux différences importantes entre les services d’incendie britanniques et américains. Son livre contient un certain nombre d’études de cas qui aident à développer une compréhension des avantages et des inconvénients.”

Règles d’or de la ventilation tactique

  1. Commencez par une position par défaut de fermeture de la structure et de fermeture des points d’accès jusqu’à ce que vous soyez prêt à vous déployer.
  2. Chaque porte est un point de ventilation! Considérer cela en fermant la porte d’entrée, la croissance et l’intensification de l’incendie cessera ou réduira considérablement.
  3. Ne créez jamais une ouverture qui pourrait placer les pompiers entre l’incendie et l’ouverture de ventilation, ou faire reculer le flux d’air /flow path dans leur direction
  4. Ne jamais évacuer du côté du vent, où les pompiers ou les occupants peuvent être sous le vent
  5. La sortie de l’air devrait généralement être de taille égale ou supérieure à l’entrée de l’air

Si l’on ventile un bâtiment contenant une charge de feu dense, vous devez comprendre que les températures peuvent devenir intenables pour les pompiers qui seront alors incapables de maintenir une attaque intérieure me^me durant une période de temps raisonnable Considérez l’Attaque Pression positive (PPA) avant l’entrée et prenez 30-60 secondes pour voir les effets sur le feu et la fumée.

Vent-Enter-Isolate-Search (VEIS)/Ventiler Entrer Isoler Chercher

Une stratégie de sécurité pour sauver des vies, appelée VEIS, est quelque chose qui peut être adaptée, à la fois à des effectifs illimités concernant les équipes de secours, que à des effectifs limités. Dans les situations de “pièges” connus, probables ou confirmées d’occupants dans une pièce facilement accessible depuis l’extérieur, une opération VEIS devrait englober les actions suivantes, même dans des situations antérieures à l’attaque:

  • Fermez toutes les portes d’accès dans le bâtiment pour ralentir le développement du feu
  • Localisez la salle cible et placez une échelle pour l’accès
  • Si elle est fermée, créez une ouverture assez grande pour qu’un pompier puisse entrer dans la pièce le plus rapidement possible
  • En entrant dans la salle de recherche , la priorité est de fermer la porte de la pièce fermée pour assurer le sécurité de la victime.
  • Pensez à prendre une ligne de 5 mètres / corde dans la pièce avec vous,accrochez la à la tête de l’échelle , pour vous aider à repérer la fenêtre à nouveau en cas de fumée intense.
  • Si l’incendie est dans la pièce elle-même, envisagez de prendre un tuyau dans cette ouverture ou d’appliquer l’eau de façon transitoire.
  • Le deuxième pompier devrait se situer à la tête de l’échelle pour aider le cas échéant. Ne cherchez pas au-delà de la pièce ” ciblée” ou entrez dans le couloir, mais répétez VEIS de l’extérieur pour d’autres pièces si nécessaire.
  • Si la tactique VEIS est déployée efficacement, cette stratégie présente un risque moyen avec des avantages certains – considérant le feu que vous avez combattu et la situation à laquelle vous avez du faire face: cette stratégie a pu offrir un meilleur résultat concernant les victimes potentielles/ ou occupants.